d3_s5_p4
N°53 Le journal de Rose – 3 novembre 1915
10 destins - Rose - close-up
Rose Dubois Documentaliste, Québec (Canada) . . . Toutes ces publications 10
À une époque où les blogues n’existaient pas, découvrez le journal fictif de Rose Dubois, une jeune Canadienne française qui débute sa carrière de documentaliste au début de la Première Guerre mondiale. Chaque entrée du journal vous mène du Canada au front, à la découverte d’images et de personnages d’époque. Le #JournalDeRose présente également aux lecteurs les six concepts de la pensée historique qui sont progressivement apportés aux programmes d’histoire. Ce blog est conçu en partenariat avec ONF Education.

Cher journal,

Il est maintenant clair pour moi que cette guerre, cette Grande Guerre, ne se terminera ni rapidement ni sereinement. L’Allemagne et l’Autriche-Hongrie semblent vouloir provoquer l’ensemble de l’Europe, et les États belligérants s’efforcent d’évaluer la situation. Cela fait un peu plus d’un mois que le tsar Nicolas II de Russie a personnellement pris le commandement en chef de l’armée russe. Quelque chose me dit que cela n’augure rien de bon pour lui. Toute erreur commise par les Russes en sera accentuée, et le blâme retombera directement sur lui. Je sais que Sir Samuel Hughes, notre ministre de la Milice, a dû affronter des opposants presque tous les jours, notamment parce que notre arme de prédilection, le fusil Ross, ne semble pas produire sur le terrain les résultats escomptés.

Mais le Canada et la Russie ne sont pas les seuls pays à prendre des décisions difficiles en ces temps troublés. Le mois dernier, nous avons appris que la France a adopté un décret de mobilisation pour ses colonies africaines. On attend de tous les indigènes âgés de plus de 18 ans qu’ils se joignent à la lutte au nom de la France.

Présence militaire française en Afrique.

Il semble que le général Charles Mangin coordonnera les régiments français d’Afrique. Après avoir passé la plus grande partie des deux dernières décennies dans la région de l’Afrique de l’Ouest, il devrait avoir une bonne idée de la façon de préparer ses nouvelles troupes. Notre reporter en Afrique-Occidentale française a pris une photo d’un jeune homme, Ismaël Tangaré, qui venait de s’enrôler.

10 Destins_002_IsmaelIsmaël Tangaré

Peut-être les fiers jeunes hommes comme Ismaël pourront-ils inverser la tendance dans le sud de l’Europe, ou peut-être leur mort viendra-t-elle grossir le nombre des victimes de la guerre ? Je déteste être si négative, mais je ne peux m’empêcher de percevoir un lien entre la situation des Africains et la nôtre, ici, au Québec. Devoir se battre pour un pays qui ne respecte pas pleinement notre identité culturelle, et nos propres désirs…

Les reporters de notre journal ont tenté d’être critiques à l’égard de l’action gouvernementale malgré la censure à laquelle nous sommes régulièrement soumis, même de la part de nos propres rédacteurs en chef. Je crains que le public français ait encore plus de mal à bénéficier d’une véritable couverture du conflit, puisque les journaux de France sont tenus de fournir au ministère de la Guerre leurs dernières épreuves avant publication. En outre, tous les gouvernements ont recours à la propagande de plus en plus fréquemment. Un jeune journaliste français, Albert Londres, rapporte qu’une nouvelle expression est devenue populaire parmi les soldats français : « bourrage de crâne ». Une façon parfaite de décrire le sentiment que je ressens après avoir été exposée toute la journée aux images grotesques et aux messages inspirant la honte des affiches placardées dans tout Montréal.

Qu’est-ce qui m’arrive, cher journal ? Je sens que la guerre me change, nous change tous. C’est comme si le soleil lui-même ne pouvait plus briller aussi fort.

Encore une fois, je mesure l’ironie de ce que je viens d’écrire. Bien que je trouve critiquable l’attitude de notre gouvernement en matière de désinformation et de propagande, je ne peux m’empêcher de vibrer chaque fois que j’entends Vive la Canadienne ou Hearts of Oak à la radio. Et bien que je me sente profondément tiraillée, je reconnais qu’un progrès sous-jacent est à l’œuvre. Quelque chose dans cette guerre est en train de changer notre pays. Comme si le Canada se réveillait d’un rêve d’adolescent, et que la vie adulte — et les responsabilités qu’elle implique — nous endurcissait et nous rendait plus confiants en nous-mêmes. Je crois, je veux croire, qu’une fois dépassée, cette guerre tragique permettra au Canada et au monde d’évoluer.

À la prochaine,

Rose

En classe

En classe

Les six grands concepts de la pensée historique

Concept 5 : La perspective historique

Comment reconnaître avec précision les circonstances qui influent sur les décisions historiques ?

En raison de son lien personnel avec le monde de la presse, Rose a une perspective unique sur la manière dont l’information est partagée (ou non) pendant la guerre. Elle essaie de peser le pour et le contre d’un argument, même quand elle a ses propres opinions sur la question. Elle reconnaît que la propagande n’est pas intrinsèquement bonne ou mauvaise, et qu’il importe plutôt d’en tenir compte.

Lorsqu’on étudie l’histoire, on prend souvent part à des discussions sur des événements qui ont déjà été catalogués comme bons ou mauvais. Il est essentiel d’examiner les événements dans le contexte historique où ils se sont produits, plutôt que de les juger à la lumière de nos propres visions du monde. Les historiens doivent porter sur l’histoire un regard « juridique ». Il faut interpréter les faits pour ce qu’ils sont, indépendamment de nos partis pris. L’une des occasions les plus évidentes de mettre en pratique cette approche est d’évaluer Hitler à titre de dirigeant politique. Notre opinion de lui en tant que personne ne doit pas supplanter nos déductions basées sur des preuves concernant son accession au pouvoir dans les années 1930.

1er indicateur : Les visions du monde (croyances, valeurs) actuelles et passées ne sont pas nécessairement les mêmes.

2e indicateur : On ne peut pas juger le passé sur la base des idéaux actuels.

3e indicateur : Le contexte historique permet de comprendre les perspectives des acteurs historiques.

4e indicateur : On n’a pas besoin d’être d’accord avec les acteurs historiques pour déduire leurs perspectives.

5e indicateur : Les acteurs historiques ont des points de vue différents sur les événements auxquels ils participent.

Tous les indicateurs de la pensée historique

Ce billet a été rédigé par David Finkelstein. “J’adore les surprises que renferme la nouvelle mouture des films de CAMPUS. L’ONF propose une diversité de points de vue presque sans précédent. En classe, je souhaite que mes élèves développent leur pensée critique et leur empathie, deux compétences essentielles.  Enseignant agréé de l’Ontario, j’ai élaboré des programmes portant sur plusieurs films de CAMPUS, dont le guide pédagogique sur Nul poisson où aller abordant la question des réfugiés”.